Sommaire

Paon

(Pan -- latin.pavo, mot que Delâtre propose de rattacher au sanscrit pavan, qui signifie : Proprement pur, net, brillant, de la racine pû, purifier).

Ornith, de la famille des gallinacés, comprenant un petit nombre d'espèces.

Les genres : Paon, éperonnier, argus, impey, lophophore et dindon.

Le paon est depuis longtemps célèbre par la beauté de son plumage.

''Si l'empire appartenait à la beauté et non à la force le PAON serait sans contredit, le roi des oiseaux.'' (Buffon).

''Un paon muait, un geai pris son plumage, Puis après se l'accommoda.'' (La Fontaine).

''Dieu se plut à créer des animaux divers : Le paon pour étaler l'iris de son plumage.'' (Voltaire).

Le genre paon est caractérisé de la façon suivante : Un bec en cône courbé, robuste, à la mandibule supérieure voutée débordant l'intérieur, à base nue ;

Des narines garnies d'une membrane gonflée et cartilagineuse, située près du capistrum, des joues en partie nues, une aigrette sur la tête, des tarses robustes, des scutelles armées chez le mâle d'un éperon.

Des ailes concaves arrondies, une queue composée de dix huit pennes cachées par des rectrices sus-caudales larges, fort longues, très nombreuses, susceptibles de se relever.

 

Quoique le paon soit depuis longtemps comme naturalisé en Europe, il n'en est cependant pas originaire ; Ce sont les Indes orientales qui doivent être regardées comme son pays natal.

De tous les temps & dès qu'ils ont été connus, les paons ont excité l'admiration de tout le monde. Plus d'une fois, les poètes et surtout les poètes latins, ont chanté dans leurs vers l'espèce qui, transportée des Indes est devenue domestique en passant en Europe.

Plus d'une fois, les historiens de la nature ont employé, pour parler d'elle, un langage semé d'autant de fleurs qu'elle a d'yeux chatoyants répandus sur son riche plumage.

A une époque très reculée dans l'histoire de la Grèce, si les paons eurent une place dans l'Olympe, si les anciens habitants de Samos les consacrèrent à Junon, ces oiseaux ne durent sans doute qu'à leur beauté d'être ainsi associés à celle que le paganisme considérait comme la compagne du maître du ciel et de la terre.

Des médailles antiques, frappées par les Samiens, attestant cette consécration avaient contribué à faire penser que les paons avaient pour patrie l'île de Samos ; Mais des recherches historiques, faites dans le but de savoir quel était réellement leur pays natal, ne tardère pas à faire reconnaître que l'Inde, ainsi que nous l'avons dit plus haut, était la patrie de ces magnifiques oiseaux. C'est là qu'on les trouve à l'état sauvage. Alexandre, poussé par ses conquêtes jusqu'aux lieux ou vivent ces oiseaux, fut si vivement frappé de leur beauté, qu'il défendit, sous les peines les plus sévères, de les tuer.

Ces extraits de texte proviennent de l'encyclopédie Pierre LAROUSSE de 1874.

 

 

 

Il existe bien entendu, actuellement, différents coloris chez les paons.

Remarquez lors de son vol :

L'extrème richesse, des couleurs & dégradés masqués lorsque celui-ci est posé au sol.

L'utilisation quelle qu'elle soit, de cette photo ou sa reproduction sont strictement interdites.

 

Sommaire