Sommaire

Non au gavage

Durant les fêtes de fin d'année ou grandes occasions, la coutume veut que l'on sorte le foie gras.
Spécialité qui demandait beaucoup de travail aux éleveurs et tout travail ayant un coût, le foie gras était réservé à une certaine classe de la société.
Les gens de conditions modestes représentant un marché juteux, les industriels s'y sont intéressés et n'ont pas hésité à faire de l'élevage de palmipèdes dans des conditions déplorables.

NE REVEZ PAS !!!

Vous vous imaginez quoi quand vous présentez un "bloc" de foie gras à vos invités ?
Que vous avez déniché la boîte de conserve en ferraille la moins chère du supermarché et que vous êtes très mariole ?
En tendant votre main vers la boîte de conserve, songez que vous allez être le responsable numéro 1 de la torture que subissent les animaux.
Savez-vous ce qu'il y a dans cette petite boîte ?
Outre 30% d'eau nécessaire à l'amalgame, ce sont des morceaux invendables provenant
du foie d'un animal malade !
En effet, pour obtenir une hépatomégalie, (foie énorme), il faut déclencher une stéatose hépatique par pathologie artificielle, ce qui conduit vers une hépatonécrose mortelle.
L'animal doit être abattu juste avant, sinon le foie n'est pas commercialisable
ce qui fait un manque à gagner à l'industriel.

La maladie hépatique est très souvent accompagnée de nécroses, infectieuses, toxiques et circulatoires : Insuffisance cardiaque, rénale, aumentation de la pression intra-crânienne, menant à un grand stress, mouvements incontrôlés, épilepsie, coma.
Anémie métabolique se traduisant par des gastro-entérites, ictères.

A cela, il faut ajouter les traumatismes infligés par le laxisme du personnel lors du gavage : Déplacement des vertèbres du cou, perforation de l'oesophage, brûlures à cause d'aliments trop chauds, éclatement du jabot ou débordement de l'aliment dans la trachée respiratoire, l'animal meurt d'asphyxie.
Crise d'hypoglycémie, convulsions et mort lors d'une interruption de gavage.
On remarque également des pattes atrophiées, très douloureuses, à force que les animaux stagnent sur des caillebotis.
"Résumé de la thèse du docteur vétérinaire Castets"

Ne rêvez pas non plus en voyant l'image sur la boîte du gentil canard et de la gentille oie dans une prairie verdoyante !
Ce n'est pas la bonne image !
En fin de gavage, les animaux font le double d'un poids normal, leur plumage est plaqué par un enduit gras, ils n'arrivent plus à se déplacer, leur abdomen trop lourd provoque une respiration haletante, ils sont souvent atteints de parasitoses internes, de vermines, à causes de moisissures, d'infections bactériennes : Entérites, maladies respiratoires, choléra.
Pour réduire la mortalité, les animaux sont traités, ce qui laisse des résidus chimiques dans l'organisme en particulier dans le foie.

Je ne détaillerais pas les autres produits chimiques qui sont ajoutés dans la préparation du foie gras, sans doute une raison pour laquelle on ajoute du poivre et des condiments pour masquer, ce qui est une totale aberration !

Solution : Reposez bien vite la boîte "Bloc de foie gras" dans l'étalage, car vous deviendriez le responsable du massacre de ces pauvres animaux dans des conditions déplorables.
C'est le consommateur qui encourage l'industriel.

Et puis pensez que parmi vos invités, certains sont peut-être militants contre le gavage, ce qui fait qu'au lieu de frimer, vous seriez grotesque !

Suite au rapport scientifique de la commission Européenne de 1998, l'industrie tente de faire protéger le foie gras par une dérogation au titre d'exception culturelle aux lois sur la protection animale.

La torture dans des conditions déplorables est-elle culturelle ???

Vautour industriel.


Je compte sur vous tous, pour parler des réalités du foie gras autour de vous.

John.

Sommaire