Sommaire

MALADIES

Les gallinacés forment un ordre comprenant de nombreuses familles, dont chacune comprend de nombreuses races.
Les poules, faisans, paons, perdrix, pintades, cailles, tétras, lophophores, dindes, etc., sont des gallinacés.

Néanmoins, s'il y a des maladies communes et propres à chaque race, on ne peut pas soigner tout le monde avec n'importe quoi !

Veuillez garder à l'esprit que nous recevons en consultations des centaines de gallinacés chaque année, nous opérons, nous soignons, nous autopsions, il est évident que par le nombre, nous cernons très rapidement une pathologie sur un animal qui se trouve devant nous.

Pour les personnes qui se trouvent dans divers départements et divers pays du monde, pour faire un diagnostique le plus précis possible, nous avons impérativement besoin de vos observations, même ce qui peut vous sembler insignifiant.

Avant de nous appeler, il est indispensable de peser votre animal.
(Comme le fait un vétérinaire pour un chien ou un chat)
Et si possible avoir votre animal près de vous, afin que l'on puisse vous poser toutes questions utiles.

les pages qui composent cette rubrique vont vous permettre de cibler une maladie, nous avons classé et décrit les principales pathologies.
Bien évidemment, des symptômes peuvent être sensiblement différents d'un animal à l'autre et selon la race.

Si vous nous contactez et que l'on vous indique un traitement, il ne faudra pas vous imaginer être devenu le meilleur vétérinaire avicole de votre département et l'indiquer à vos proches ou sur un forum, une erreur de diagnostique et vous deviendriez le responsable de la destruction d'un élevage, "la frime" peut être fatale, c'est malheureusement déjà arrivé, un médicament est un produit actif, pas de l'eau sucrée ! Par exemple, le vaccin contre la maladie de Newcastle pour poules, peut être fatal pour les faisans.

Il faut également bien faire la différence entre une maladie bactérienne et une maladie virale : L'éventail actuel des antibiotiques permet de venir à bout de nombreuses maladies bactériennes et blessures infectées.

Il n'y a pas de traitement contre les maladies virales, seule la vaccination protège.
Un virus est 1000 fois plus petit qu'une bactérie, il n'y a que la défense immunitaire, (anticorps), qui peut venir à bout de certaines maladies virales, un groupe de vitamines aide à la défense car c'est la nourriture des Lymphocytes.

Pour les maladies à base de bacilles, comme la tuberculose aviaire, il n'existe pas de traitement, ni de vaccin, seule une prophylaxie sanitaire rigoureuse de l'habitat, de la nourriture, de l'eau et du matériel, peuvent préserver les animaux, à condition qu'un oiseau ou un animal sauvage infecté, un insecte porteur, ne transmette pas la maladie.


Avant de nous appeler, essayez de retrouver le symptôme de votre animal dans les principales rubriques ci-dessous, (il ne s'agit pas d'un dictionnaire mais des grandes lignes).
Plus bas, ce que vous devez observer avant de nous téléphoner.

Important : Ces pages étant consultées autant par des vétérinaires en titre ou étudiants, éleveurs ou particuliers, pour éviter les erreurs de traitement et par déontologie, nous n'indiquons jamais de médicament sur ce site publique par sécurité.
Si vous trouvez le symptôme correspondant, à celui que présente votre animal, vous aurez ainsi plus de facilité pour nous décrire le problème en nous contactant ou en vous adressant à votre vétérinaire.

Rubriques :

Maladies parasitaires _Principes de base
Fonctionnement des parasites et destruction _Capillariose _Spirurose
Ascaridiose _ Syngamose _ Cestodose _ Coccidiose _ Gale des pattes _
Gale de peau


Maladies cryptogamiques : Candidoses, aspergillose du tractus digestif, aspergillose des voies respiratoires.
Candidose due à aspergillose


Par type bactérien :
Le coryza _ Bronchite simple _ Bronchite infectieuse
Grippes aviaires _ Angine purulente Arthrite bactérienne Mycoplasmose

Maladies bactériennes rubrique entière


Par type viral :
Marek _ Gumboro _ Newcastle _ Arthrite virale _ Anémie infectieuse
La malabsorption _ Bronchite infectieuse _ Laryngotrachéite _ Variole

Maladies virales rubrique entière


Maladies tumorales___________Maladies cardiaques

Abcès___________Les carences ________ La Pépie


Autres pathologies : Coup de chaud, Déshydratation, Diabète,
Absence de mue, Cécité, Torticolis, Entorse, Encéphalomalacie,
Botulisme, Ponte interne, Oeuf mou, Stress.
Hypertrophie du jabot/Indigestion

Le danger des mouches

Les méfaits du vinaigre dans l'eau de boisson.


Très souvent, des personnes un peu angoissées nous demandent :
"Ma poule est morte, pouvez-vous me dire pourquoi ?"
Sans faire une autopsie, nous ne pouvons répondre.

Ou :
"Ma poule n'est pas bien, avez-vous une solution ?"

Nous ne faisons pas un diagnostique avec un pendule et une boule de cristal, il faut nous donner des indications précises, même ce qui peut vous sembler anodin.
Voici quelques points que vous devez observer avant de nous appeler :

D'abord, si nous devons vous indiquer un traitement, vous devez impérativement peser la poule ou le coq avant de nous appeler.
La biologie est universelle, un vétérinaire prend toujours en considération le poids du chien ou du chat avant d'administrer un antibiotique ou un vermifuge.
Il en est de même pour les gallinacés.

Décrivez l'état général : Eternuements, toux, râles, couleur de la crête, l'aspect des yeux, orifices nasals, les pattes, le dessous des pattes, l'anus, fientes normales ou liquides et la couleur.
Observez le sous-plumage : Derrière la tête, derrière le cou, sous les ailes, l'abdomen, palpez le jabot.
L'attitude : Prostration, ébouriffé, date de la dernière ponte, vermifugé ou non, l'âge, la race.
Auscultation : Plaquez l'oreille sur le dos à la base du cou, entre les deux ailes, c'est à cet endroit que se trouvent les poumons, vous devez entendre le coeur qui bat très vite, si vous ne l'entendez pas, déplacez votre oreille jusqu'à l'entendre distinctement
On peut faire une comparaison avec un autre sujet en forme, vous ne devez entendre
aucun autre bruit.
Regardez dans le bec : La langue, le fond de la gorge, le larynx, (trou situé derrière la langue), au palais : Le sillon palatin doit-être propre et dégagé.

Si vous ne décelez rien d'anormal à part des boitillements, que poule ou coq reste trop souvent au sol et présente une grande fatigue, vous pouvez être en présence d'une infestation parasitaire, dans ce cas veuillez consulter la rubrique : Acariens et parasites, afin de vérifier.

Ces observations de base peuvent vous sembler longues mais plus vous nous donnerez d'indications et plus nous pourrons vous venir en aide avec précision et rapidité.

Si possible, lorsque vous nous appelez, essayez d'avoir votre sujet à côté de vous.

Téléphone : 01 64 57 60 34, de 14h00 à 19h30, du lundi au vendredi pour les personnes non membres, 7 jours sur 7 pour les personnes membres.

Si vous souhaitez devenir membre, pour aider la recherche et permettre à l'association de continuer à sauver les gallinacés sauvages, domestiques et pouvoir continuer de vous renseigner, il suffit de cliquer :
Quelles sont les modalités.
SOS gallinacés est une association inscrite au journal officiel de la République et régulièrement déposée en sous-préfecture, n° 0911004732


Notion de bactériologie.

La reproduction des bactéries se fait par scission, c'est à dire que la bactérie se sépare en deux pour donner naissance à deux bactéries filles. C'est un enzyme qui découpe en circonférence la coque dure de la bactérie, puis, la coque des deux bactéries filles va se reconstituer pour les refermer.
C'est à ce moment que l'antibiotique va intervenir.
Par exemple, un antibiotique de la famille des bétalactamines empêchera la cicatrisation des deux cellules filles qui resteront ouvertes et provoquera leur mort.
On comprend aisément l'importance de peser l'animal :
Pas assez d'antibiotique = Tous les tissus ne seront pas correctement irrigués, les bactéries vont apprendre à se défendre et faire une mutation.
Trop d'antibiotique = C'est la nécrose des reins et du foie, (les gallinacés ne possèdent pas de vessie de rétention des toxines).

De même, un antibiotique non adapté, puisé au petit bonheur la chance sur un forum, peut provoquer une antibio-résistance par le passage d'un gène entre les bactéries mères et les bactéries filles.
Pour cette même raison d'antibio-résistance, il ne faut jamais traiter d'animaux sains en préventif.

La reproduction bactérienne se fait au carré :
1 bactérie = 2, 4, 8, 16, 32, 64, 128, 256, 512, 1024...
Soit, en partant d'une seule bactérie, au 20ème cycle, Il y aura :
1 048 576 bactéries.

Le temps de dédoublement ou nouvelle génération, peut être de vingt minutes pour les bactéries purulentes et de vingt-sept heures pour les maladies classiques.
Ces données sont indicatives car tout dépend si le milieu infecté est favorable ou résistant.
Un milligramme de poids sec, contient plusieurs milliards de bactéries.

Un antibiotique inhibe la reproduction des bactéries mais les bactéries qui n'en sont pas à ce stade, continuent de faire des dégâts.
Donc pas de temps à perdre en présence d'un animal malade.
Sans traitement ou avec un antibiotique mal ciblé, les bactéries prolifèrent, à un certain moment, il n'y a pas de retour arrière possible.

Un antibiotique ne fait pas tout, il réduit la population bactérienne, ce qui permet aux Lymphocytes de la défense immunitaire, (globules blancs), d'identifier le code ADN de la bactérie responsable et de détruire la colonie, pour cela, il faut que les Lymphocytes soient dopés à l'aide de vitamines sérieuses.
Le combat entre les bactéries et les Lymphocites aidés de l'antibiotique provoque de la mortalité dans les deux camps, ce qui forme des exudats, (le pus), qui doit-être évacué par les voies naturelles.

 

Sommaire