Sommaire

Elevages industriels

Informations réunies par notre membre Béatrice :

60 millions de lapins de chair sont consommés chaque année en France, ainsi que 15 milliards d'œufs produits par 45 millions de poules pondeuses.

100% des lapins vendus en grande surface et 80% des oeufs produits en France sont issus d'animaux qui ont passé la totalité de leur vie entassés dans des cages de batterie sur un sol grillagé.

Ne condamnons pas des animaux à vivre ainsi !

En France plus de 40 millions de lapins vivent en cage sur un sol grillagé, source d’inconfort permanent et de blessures aux pattes.

Les élevages comptent en moyenne plus de 6000 animaux.
Les lapins sont très craintifs : la radio couvre les bruits soudains.

Ils disposent de peu de place : la surface d’une feuille de papier A4 chacun durant leur vie entière.

Leurs cages sont dépourvues de tout aménagement. Il leur est impossible de se dresser, bondir, ronger, fouiner, se cacher...

En phase d’engraissement, le moindre déplacement dérange les autres lapins et les agressions sont fréquentes occasionnant blessures et infections.

Reproduction :

Les reproducteurs sont sélectionnés dès leur naissance.
Ils sont choisis puis conditionnés pour être envoyé dès le 1 jour vers les élevages.
La mise en place des bagues est particulièrement douloureuse.
Il arrive que les oreilles soient déchirées.

Les lapines vivent isolées les unes des autres et sont inséminées 10 jours après chaque mise bas.
Elles donnent naissance à une dizaine de petits par portée, plus d’une soixantaine par an.
Elles souffrent en outre de lésions aux pattes et de déformations du squelette. Environ un tiers des mères meurent chaque année.

7 lapereaux sur 100 éliminés :
Dès la naissance, les petits sont triés : ils sont répartis en fonction de leur taille et de leur poids. 8 à 9 sont placés avec chaque lapine.
Les malades, les plus petits et ceux en surnombre sont assommés sur le rebord d'une caisse.
Ils agonisent ensuite au milieu des morts-nés.
Les lapereaux sont sevrés et séparés des mères à un peu plus d’un mois, juste avant la mise bas suivante de la mère.
Les mises bas s'enchainent tous les 42 jours ou 49 jours.

5 minutes par vie de lapin :
L’éleveur consacre en moyenne 4,3 heures par an par lapine, soit moins de 5 min pour un lapin sur toute sa vie.
Cette durée inclut le temps passé au nettoyage du bâtiment, à la distribution de nourriture, etc..

25 % de lapins morts :
La nourriture des lapins est supplémentée en vitamines, minéraux, antibiotiques et autres médicaments.
Pourtant, un quart des lapins meurent avant d’atteindre l’âge où ils sont abattus.
Ce taux de mortalité est un chiffre officiel de la filière issus des résultats technico-économiques de 2007.

L’abattoir :

Vers deux mois et demi, ils sont entassés dans des caisses et conduits à l’abattoir.
Ils y sont étourdis, saignés, dépecés, éviscérés.
Voilà un bref résumé de la courte "vie" d'un lapin.


Les poules :

300 œufs par poule pondeuse et par an :
Les poules pondeuses sont issues d'une sélection génétique favorisant la production d'œufs :
Une poule pondeuse d'élevage pond environ 300 œufs par an, alors qu'à l'état sauvage, une poule en pond en moyenne 60.

128 millions d'œufs éclosent chaque année en France.

Cette souche de gallinacés, spécialisée dans la production des œufs, est très différente de celle utilisée pour la production de volailles de chair :
Les souches de volailles de chair sont optimisées pour atteindre le poids d'abattage en 42 jours alors qu'un coq issu de souche pondeuse nécessiterait bien plus de temps et de nourriture :
Une question de coût... Donc à part quelques coqs sélectionnés pour être reproducteurs, les mâles sont éliminés par broyage ou gazage.

Il reste alors 47 millions de poulettes (des reproductrices et des productrices d'œufs de consommation) et 67 000 coqs.

Dès l'éclosion : Tri des poussins, élimination des mâles.
Une fois éclos, les poussins sont triés : Les gestes sont rapides, les mâles d'un côté, les femelles de l'autre.

Les mâles sont ensuite broyés et finissent dans une poubelle, les femelles sont transportées vers l'élevage de poulettes où elles resteront pendant 18 semaines avant d'être mises dans des cages ou des volières.

Nombre de poules pondeuse abattues chaque année : 40 millions.
Age de mise en place des poulettes : 18 semaines.
Nombre d'oeufs pondus par poule : 300 en moyenne sur une année.
Taux de mortalité en période de ponte : entre 5 et 12%.
Age d'abattage : De 68 à 74 semaines.

Mode d'élevage :
80% en cage (37,9 millions de poules) : code 3 sur l'oeuf.
3% en élevage au sol (un hangar, pas de sortie, 1,7 million de poules) : code 2 sur l'oeuf.
17% en élevage avec accès à l'extérieur (bio 3%, label rouge 3%, plein air 11%) : code 0 ou 1 sur l'oeuf.


A retenir : Sur chaque oeuf figure obligatoirement un code : Ce code donne des informations sur la provenance de l'oeuf.
Sur cet exemple, le code est 3FRWFB02 : le 3 signifie que les poules sont élevées en cage, le reste permet d'identifier le pays, le producteur et le bâtiment de ponte.

Renoncer à ces oeufs éviterait aux poules de se retrouver dans des conditions de vie régentées par la rentabilité... C'est choisir de ne plus encourager ces élevages générateurs de souffrance, en donnant votre préférence aux oeufs issus de poules élevées en plein air, (bio, plein air : code 0 ou 1 sur l'oeuf).

Se méfier des plats préparés, pâtes alimentaire, etc., les oeufs utilisés proviennent le plus souvent de poules élevées en cage (sauf mention contraire sur l'emballage).

Attention aux oeufs en vrac : Il arrive souvent que les oeufs vendus en vrac soient issus de poules élevées en batterie (code 3), n'oubliez pas de vérifier le code sur l'oeuf.

Enfin, bien faire la différence entre les mentions : "Pondu le :" et "Emballés le :" Vous pouvez vous retrouver avec des oeufs pondus il y a plusieurs mois et conservés dans l'azote ou selon d'autres méthodes.

Se poser la question : Si la poule mange des granulés chimiques, qui mange ses oeufs ?
Seul label reconnu par le gouvernement, le label vert :

Sommaire