Sommaire

La Coucou de Rennes

La Coucou de Rennes est une bonne pondeuse, ses oeufs sont légèrement teintés. Elle est également excellente couveuse et assure de deux à trois couvées par an.
Les poussins naissent robustes, ils sont recouverts d'un duvet gris ardoise presque noir; leur ventre est blanchâtre, ils portent une tache blanche sur le sommet de la tête, un peu en arrière à l'instar d'une calotte.

Les coquelets se reconnaissent assez vite, leur teinte étant plus clair que celle des poulettes, qui naissent presque noires.

Les poulettes pondent vers leur sixième mois; cette race assure une bonne ponte d' hivers.

La seule restriction à apporter à son égard est constituée par sa difficulté d' assimilation aux espaces relativement restreints.

 

Petite histoire de la Coucou de Rennes

- La Coucou de Rennes ; Une ancienne race locale :

La Coucou de Rennes est une vieille race locale que l'on trouvait en abondance dans le pays de Rennes et plus généralement en Bretagne jusqu'à la dernière guerre, date à laquelle commence l'agriculture productiviste spécialisée.
Cette volaille réputée pour la qualité de sa chair et sa rusticité fut particulièrement appréciée sur les marchés rennais au 19e siècle.
La renommée de la Coucou tient beaucoup au travail de sélection que mena le docteur Ramé, personnalité rennaise, à la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle pour aboutir à l'officialisation de la race par le Ministère de l'Agriculture en 1914 (création du standard officiel de la race).


A partir des années 1940-1950, la Coucou de Rennes s'éteint progressivement au profit des races à croissance rapide nouvellement introduites (Wyandotte, Sussex, Plymouth).

- La Coucou de Rennes : Une race sauvée de l'oubli par l'Ecomusée du pays de Rennes.

 

En 1988, l'Ecomusée s'intéresse au sort de cette ancienne race bretonne (la seule avec la poule Noire de Janzé désormais disparue) et mène l'enquête pour essayer de retrouver quelques animaux. Parmi les rares pistes obtenues, celle d'un ancien agriculteur rennais exproprié lors de l'urbanisation du quartier de Maurepas à Rennes s'avère fructueuse. Monsieur Rouesné, aujourd'hui retraité, a conservé dans sa ferme près d'Angers un cheptel de Coucou de Rennes. Conscient du risque de disparition de ce patrimoine génétique, l'agriculteur consent assez vite à faire don de quelques volailles à l'Ecomusée pour commencer un travail de conservation.

En 1989, l'Ecomusée prend l'initiative de réunir un certain nombre d'éleveurs amateurs soucieux de conserver cette volaille. Bien vite, le constat s'impose que cette conservation ne sera effective que si les petits élevages se multiplient et que les éleveurs communiquent et échangent.

Les caractères principaux de la race sont: forme allongée, poitrine large et saillante, tête de taille moyenne, oeil rouge orangé, bec blanc ou corne claire. L'oreillon est rouge ainsi que les joues, les barbillons longs de même texture que la crête.

La coloration requise pour les pattes est blanc rosé parfois tachetée de gris marron, cette marbrure suit et rapelle l'opposition des marbrures du plumage; elles portent quatre doigts; chez le coq l' éperon est souvent fort long dès que le sujet atteint deux ans. La queue doit être opulente et longue, il convient d'éviter la queue d'écureuil.

 

Sommaire