Sommaire

 Coca et son coryza exacerbé

Chez les gallinacés, lorsqu'une maladie pulmonaire passe inaperçue, elle devient coryza.
Un coryza a plusieurs significations, chez l'humain cela correspond au rhume de cerveau, chez le chat, l'infection est provoquée par un herpès virus, un calcivirus ou la bactérie Chlamydophila, chez les gallinacés par différentes bactéries opportunistes ou virus.
Le terme "coryza" n'est pas une maladie au sens propre du mot mais désigne une infection qui se propage aux sinus, cavités orbitales et parfois à l'oreille interne, plus le temps passe plus le coryza s'étend et plus il est difficile d'en venir à bout car si l'on ne choisit pas le bon antibiotique ou si l'on tarde trop, les bactéries peuvent muter.

Lorsque notre membre Valérie nous a apporté Coca le 13 novembre 2017, l'infection avait envahie le sinus post-orbital, la cavité orbitale et la membrane oculaire.


Hypertrophie de la face gauche par un amas de pus conséquent qui recouvrait le globe oculaire
Il fallut tout d'abord trouver un passage pour injecter un anesthésique oculaire.
En premier lieu, décoller la partie de pus visible, puis ensuite exciser ce qui pouvait l'être sans provoquer d'hémorragie, ce qui a réclamé 1h30.


Voici ce qui a été enlevé, le plus gros morceau mesurait en cm : Long=2 x large=1,8 x épais=1,2 et était en phase de début de tumeur.


Le lendemain cela avait bien dégonflé mais Coca ne parvenait pas encore à ouvrir la paupière.
Impossible de savoir si l'oeil était présent ou crevé car au départ nous pensions qu'il s'agissait d'un film de pus, non d'une épaisseur importante qui avait refoulé l'oeil au fond de la cavité.
Il fallut attendre 3 jours pour une nouvelle intervention, consistant à cureter le pus qui n'avait pu être enlevé lors de la première intervention et surtout débarrasser la membrane oculaire du pus qui était aggloméré dessus et au-dessous.


Bien qu'il soit resté quelques débris, la membrane oculaire au coin de l'oeil commence à bouger l'oeil est présent, non crevé, il était bien enfoncé au fond de l'orbite par la compression de l'amas de pus.
3 fois par jour il fallait mettre généreusement une pommade ophtalmique dans le cul-de-sac conjonctival, afin de détruire les éventuelles bactéries restantes et les évacuer, puis nous avons relayé avec un collyre antibiotique liquide.


Le jour de son départ, la membrane balaye l'oeil, il reste un léger voile sur l'oeil de Coca, ce qui ne l'empêche pas de voir, ce voile devrait disparaître par la reconstruction de la cornée, reste à la charge de Valérie de continuer à mettre les gouttes de collyre durant quelques jours.


A son arrivée le bec de Coca commençait à ressembler à celui d'un rapace.
Il a fallut le rectifier pour lui permettre de saisir les graines et autres aliments plus aisément.
Le sol de son box étant couvert de paille ne lui permettant pas d'user son bec naturellement en fouillant la terre, nous avons dû le rectifier une nouvelle fois avant son départ.

Arrivée le 13 novembre et repartie le 1er décembre, Coca est restée 18 jours à l'association.


Et voici la photo de Coca reçue le 06 janvier 2018 de la part de Valérie !

La cornée de son oeil gauche s'est reconstruite, la membrane oculaire est bien à sa place et Coca a la grande forme.
En savoir plus :

Chez l'humain, la paupière supérieur s'abaisse et entraîne les impuretés vers le bas dans le cul-de-sac conjonctival, chez les gallinacés, la paupière supérieure est fixe, c'est la paupière inférieure qui remonte pour fermer l'oeil, les impuretés sont balayés par la membrane oculaire :

Les yeux des gallinacés ne sont pas fixes mais légèrement mobiles sur le plan horizontal :

Sur ces photos, on remarque la membrane oculaire au repos dans son logement au coin de l'oeil.


Sur cette photo, en prise ultra rapide, on remarque le déplacement de la membrane oculaire d'avant en arrière.
Cette membrane est translucide, la bordure est frangée pour débarrasser la cornée d'impuretés, en particulier quand la poule fouille la terre, l'aller-retour de cette membrane est rapide, quelques centièmes de seconde.
Il peut arriver qu'un débris de terre ou de graine se loge derrière la membrane, il faut alors rincer au plus vite avec un collyre de nettoyage, puis appliquer un collyre lubrifiant, afin que l'impureté ne griffe pas la cornée et ne provoque une infection.
Lors d'une maladie pulmonaire, du pus peut remonter par la trachée, passer par le sillon palatin, boucher l'orifice nasal, atteindre l'oeil par le canal lacrymal et infecter la membrane oculaire, c'est sans doute ce qui a dû se produire pour Coca.

Retour

Les photos de cette page restent la propriété de Mme Stauk Meyer et de John Clickman, diffusion interdite sans autorisation.