Sommaire

La Bresse

 

L'histoire :

Dès le Moyen Age, les baux et redevances seigneuriales comportent des livraisons de gelines (poules) et au XVI ème siècle, les syndics de la ville de Bourg offraient des chapons et des poulardes aux gouverneurs envoyés par le Duc de Savoie.

Grâce au concours agricole de Paris, où elle est distinguée en 1964, la Poularde de Bresse se développe considérablement.

Trois critères incontournables donnent droit au titre de "Volaille de Bresse", ses codes couleurs et ses codes d'identité en étant ses caractéristiques d'authenticité. Ainsi la Volaille de Bresse est facilement reconnaissable par son plumage blanc, ses pattes bleues et sa crête rouge.

 

Les Glorieuses de Bresse :

Le premier concours fut organisé en 1862, à Bourg en Bresse, par le député de l'Ain et Président du Comice Agricole, le Comte de Hon. Il réussit à faire concourir dès la première année 116 éleveurs présentant 591 volailles. Le plus beau chapon, grand prix d'honneur, fut attribué à Napoléon III. L'année suivante à Paris, le Comte et ses amis bressans confrontèrent 63 lots de Volailles de Bresse qui laissèrent pantois leurs adversaires.

A Louhans, la première Glorieuse se déroula au théâtre puis fut transférée, à partir de 1884, dans la halle de la Grenette. Au fil des années, les concours au nombre de 4, à Bourg, Louhans, Montrevel et Pont de Vaux, gagnèrent en festivité et solennité. Seule la Seconde Guerre Mondiale marqua un arrêt de ces tournois qui reprirent petit à petit avec l'organisation de la prestigieuse production bressane et l'obtention de l'AOC Volaille de Bresse en 1957.

Petite histoire de l'AOC de la Volaille de Bresse :

Il faut remonter un petit peu le temps pour arriver à l'année 1936... où les éleveurs, défenseurs d'une qualité séculaire, décident de "faire le ménage". Le Tribunal de Bourg-en-Bresse est saisi et des experts sont sollicités : leur étude concerne l'analyse géologique des sols bressans, les procédés d'élevage, la détermination de "la race pure et exempte de croisement". Ainsi, après un long et fastidieux combat, la référence ultime en est le jugement du 21 décembre 1936 dont la teneur confirme qu'une AOC est acquise par les paysans eux-mêmes, sur la valeur tangible du savoir-faire, des usages loyaux et constants, des connaissances et habitudes ancestrales d'un terroir leur appartenant plus qu'à tout autre.

En 1953, est créé un comité regroupant toute la filière professionnelle : le Comité Interprofessionnel de la Volaille de Bresse (CIVB). Le 15 août 1956, l'Assemblée Nationale vote la loi relative à l'attribution d'AOC à la Volaille de Bresse.

Il faut rendre hommage à ces éleveurs qui respectent leurs volailles, les espaces nécessaires et les nourrissent traditionnellement pour le bien être de tous :

Quatrième merveille gastronomique du monde, la Volaille de Bresse, élevée dans le bocage bressan, bénéficie comme les grands vins d'une A.O.C. Cette loi d'A.O.C qui la protége depuis 1936 définit de façon très précise :

- la zone, qui s'étend sur 3 536 km² de superficie, se répartit sur trois département : l'Ain au Sud, la Saône et Loire au nord et une petite partie du Jura en bordure Est.

- la race : pour bénéficier de l'Appellation les animaux doivent appartenir au genre GALLUS et à la race Gauloise ou Bresse, variété blanche.

- les conditions d'élevage : parcours herbeux de 10m² minimum par volaille, alimentation ne devant comporter que des céréales provenant exclusivement de l'aire d'Appellation ainsi que du lait et ses sous-produits, respect d'un temps obligatoire pour la période d'élevage au moins 12 semaines pour un poulet...

Dans l'histoire de la Volaille de Bresse, il ne faut pas oublier son personnage principal : La fermière bressane. C'est elle, en effet, qui jusque dans les années 50, a amené la volaille à son statut de Reine. Elle assurait tous les rôles de la filière, sélectionnait le meilleur coq reproducteur, la meilleure poule pondeuse, embecquait, gavait et roulait. La vente de cette production sur les marchés lui permettait d'acheter sucre, café et savon sans entamer le budget de la ferme.

Ce rôle essentiel a été loué par notre barde bressan, Joseph Maublanc : "Notre poularde est ton oeuvre, Bressane, c'est bien à toi qu'on doit prospérité".

(Source : Comité des glorieuses de Bresse).


Je vous présente Poupée, jolie poule de Bresse lors de sa convalescence chez SOS Gallinacés.

Ne supportant pas de rester seule dans une éleveuse spacieuse, celle-ci avait élu domicile dans les bureaux de l'association, auprès d'Espoir dîte la Poupinette & de Kelly (deux adorables Nègre-soie).

 

La curiosité l'emportant, celle-ci se percha sur le fauteuil d'un des bureaux, puis s'envola sur le Vidal afin d'observer tous ces objets curieux. 

Rassurée de ne détecter aucun danger, elle poursuivit sa découverte puis, finalement  décida qu'il était nettement plus agréable de retourner se promener sur le sol.

Sommaire